Niger : Les arrestations dans les rangs des officiers supérieurs de l’armée se poursuivent
29 mars 2017
French Arabic English

FN BAN

Niger : Les arrestations dans les rangs des officiers supérieurs de l’armée se poursuivent

Attaque du siège du parti pnds, arrestation dans les rangs des hauts gradés de l’armée, Niamey la capitale du Niger a été sérieusement mouvementée ces dernières soixante-douze heures.
L’arrestation mardi 15 décembre des deux hommes armés, sur les trois qui ont ouvert le feu dans la nuit du dimanche à lundi 14 décembre aux environs du siège du principal parti au pouvoir lors d’une course-poursuite, a permis d’en savoir plus sur cet incident que le ministre de l’intérieur a qualifié de bavure, écartant l’hypothèse d’une attaque terroriste, ou d’un assaut délibéré.
Les premiers indices permettent de conclure que l’on s’achemine réellement vers un simple « fait divers », d’une nature politico-militaire.
De quoi s’agit-il ? Tout a commencé aux environs du Lycée kouara, c’était dans la nuit du dimanche à lundi 14. En effet, un véhicule Mercédès a été aperçu pendant un long moment aux alentours du domicile du chef d'état-major de l'armée, le Général Seïni Garba. En faction devant ledit domicile, deux militaires suspectant ce véhicule, avaient ordonné à son conducteur de ne pas stationner. Affolé suite à cette sommation, le conducteur du véhicule démarra en trombe.
Ce qui donna lieu à une course-poursuite entre les gardes du domicile du chef d’état major et les occupants de la voiture Mercédès jusqu’aux environs du siège du Pnds, où il y a eu un échange des coups de feu.
Selon nos sources, le lendemain, c’est-à-dire mardi, un des trois hommes, un militaire semble t-il, s’était rendu au niveau de sa hiérarchie militaire où il est passé aux aveux en dévoilant des choses. Rien de sûr n’a encore filtré pour le moment mais l’acte s’apparente, à une tentative d’atteinte à la sûreté de l’état. D’où des arrestations des officiers supérieurs.
Au total, selon notre source, sept officiers supérieurs, dont le Général Souleymane Salou, l’oncle du Général Salou Djibo sont aux arrêts. Trois autres officiers de l’armée sont activement recherchés.
Âgé de 62 ans, le Général Salou Souleymane est Inspecteur général des armées et de la Gendarmerie et devait partir à la retraite en janvier prochain. Il a été arrêté en même temps que le patron de la compagnie aérienne au niveau de l’escadrille.
Questions : Pourquoi tout a commencé devant le domicile du chef d’état major, Seïni Garba ?
Qu’est-ce que ces officiers supérieurs étaient en train de préparer de grave cette nuit et contre qui ? Y-a-t-il péril en la demeure ?
On en saura plus dans les prochaines heures.