NIGER : Issoufou confirme le coup d’Etat contre son régime
29 mars 2017
French Arabic English

FN BAN

NIGER : Issoufou confirme le coup d’Etat contre son régime

Le Président de la République Issoufou Mahamadou a confirmé jeudi 17 décembre 2015 dans le message à la nation qu’il a livré, à l’occasion de la fête du 18 décembre, qu’une tentative de coup d’état vient d’être déjouée contre son régime, opérée par une «poignée de personnes», voulant substituer «leur propre arbitrage à celui du peuple souverain», à un moment où le pays s’apprête à préparer des élections démocratiques à l’issue desquelles, les nigériens éliront celle ou celui qui présidera aux destinées du pays pour un mandat de cinq ans.


Des officiers supérieurs de l’armée envisageaient «notamment d’utiliser la puissance de feu des moyens aériens qu’ils ont bloqués délibérément depuis des semaines ici à Niamey, alors que «je les pressais de les envoyer à Diffa sur le front de la lutte contre Boko Haram où nos vaillants soldats, leurs frères d’armes, en ont le plus grand besoin », a affirmé le chef de l’Etat nigérien, avant de qualifier leur acte de  «haute trahison» non seulement contre les institutions civiles de l’Etat mais aussi contre l’institution militaire elle-même, a-t-il déploré. Il s’agit d’un coup de poignard dans le dos de leurs frères d’armes affectés au front », a ajouté Issoufou.


Sur les cinq officiers supérieurs de l’armée qui ont mené cette opération, il y a un seul qui est en fuite. Les quatre arrêtés sont actuellement entre les mains de la gendarmerie et l’enquête suit son cours. En plus des militaires, des personnalités civiles ont pris part à cette opération. Pour le moment aucun nom n’a été annoncé mais selon une source bien informée, plusieurs personnalités politiques de l’opposition pourraient être arrêtées dans les prochaines heures pour complicité d’atteinte à la sûreté de l’Etat.


Des documents importants qui renseignent plus sur cette opération ont été retrouvés au moment où ces officiers s’apprêtaient à entrer en action dans la matinée du mardi 15 décembre. Notons que tous ces officiers sont des proches du Général Salou Djibo, ancien président de la junte qui a renversé le régime de Tandja Mamadou le 18 février 2010.