mardi, 17 octobre 2017
French Arabic English

banner.jpg

Delta-Cargo-and-Air-France-banner.png

Actualités

Conseildesministres

Plusieurs membres de l’alliance qui a soutenu la candidature d’Issoufou Mahamadou pour un second mandat en mars 2016, sont très déçus de la façon dont celui-ci dirige le pays.

Lire la suite : Niger : Les alliés du Président Issoufou très déçus, mais tenus en laisse…

prisionniers GATIA

Des combattants capturés parmis les milices pro-gouvernementales

Des dizaines de combattants du Groupe armé des touaregs de la tribu des imérades et alliés (Gatia) et ceux du Mouvement pour le Salut de l’Azawad (MSA), ont été tués lors des affrontements très violents, ayant opposé ces derniers aux éléments de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), ex-rébellion malienne, le mercredi 26 et le vendredi 28 juillet derniers, près de Kidal, dans le nord-est du Mali, a appris nigerpeches.info, auprès d’une source sécuritaire.

Lire la suite : Sécurité au Nord-est du Mali : Défaite et découragement dans les rangs des milices armées proches...

Le president du Niger

Les établissements publics nigériens, entendez par là les sociétés d’Etat et d’économie mixte, ont jusqu’au 31 juillet 2017 pour fermer leurs comptes dans les banques commerciales établies au Niger. Que cache cette option ?

Lire la suite : Finances publiques et politique au Niger, la méthode forte d’Issoufou Mahamdou…

rond 2

Neuf (9) sociétés d’Etat ont injecté près de 4,5 Millions d’euros soit environ 3 Milliards de francs CFA, dans la construction des soi-disant monuments au niveau des grands carrefours de Niamey.

L’information a été donnée à des fins tapageuses par un site d’information proche du pouvoir.

Au lieu donc de susciter un engouement au sein de la population de Niamey et bien au-delà, la propagande faite sur les financements des ronds-points a plutôt donné du tournis et même offusqué plus d’un observateur, tant les montants dévoilés pour la construction de ces édifices sont assez exorbitants.

Que du béton coulé autour d’un anneau circulaire, le tout surmonté d’un amas de fer bétonné prenant la forme d’un pylône, ou la forme d’une croix, avec des carreaux sanitaires entreposés tout autour, et quelques couches de peinture à huile. Voilà à quoi ressemble la plupart des ouvrages appelés «monuments».

Beaucoup d’observateurs s’interrogent sur les coûts réels de ces ouvrages mal réalisés et dont certains sont cassés en partie par des mauvais conducteurs et mal entretenus.

D’ailleurs, ces édifices pompeusement appelés «monuments» n’ont rien d’un vrai ouvrage architectural qui explique une histoire quelconque, qu’on veut immortaliser.

Au finish, cette information a permis de lever un coin de voile sur ce que certains qualifient d’ «opération de gaspillage de l’argent public» alors que le pays traverse une réelle crise économique qui a des effets directs sur les activités des centres de soins publiques, notamment au niveau des maternités et les services de pédiatrie dans les différents hôpitaux.

Voici les détails extraits du journal gouvernemental « Le Sahel »

1. SONIBANK a pris en charge la construction du monument du Rond-point Terrain Musulman en injectant 137 millions 597 mille 853 FCFA TTC ; 

2. RAE a financé le monument du Rond-point Eglise avec un montant de 197 millions 195 mille 457F CFA TTC ; 

3. SONICHAR a injecté la somme de 214 millions 538 mille 311 FCFA TTC dans la construction du monument du Rond-point de l'ENAM; 

4. SPEN a déboursé 301 millions 795 mille 407 FCFA TTC pour ériger le Rond-point Gadafawa;

5. LONANI a mis la somme de 432 millions 003 mille 483 FCFA TTC pour la construction du monument du Rond-point Liberté; 

6. CNSS a pris en charge l'érection du monument du Rond-point Maourey pour un montant de 262 millions 066 mille 354 FCFA TTC ; 

 7. NIGELEC a financé le monument du Rond-point justice NIGELEC pour un montant de 480 millions 893 mille 942 FCFA TTC ;

 8. SOPAMIN qui a investi 423 millions 084 mille 921 FCFA TTC pour la construction du monument de la Place de la Concertation ; 

 9. SONIDEP qui a financé la construction du Rond-point Rive Droite pour un montant de 495 millions 994 mille 447 FCFA TTC ; 

 

Issoufou

Reporters sans frontières (RSF) dénonce la condamnation inique du journaliste indépendant Baba Alpha, à deux ans de prison et dix ans de privation de tout droit civique et politique.

Lire la suite : RSF-Niger: le journaliste Baba Alpha condamné à "la mort civique"

Baba Alpha

« La violence du vent n'enlève pas les taches du léopard » dit un proverbe qui signifie que « les difficultés de la vie ne changent pas notre nature réelle ». Ta nature de soldat de l’information doit rester intacte. La violence du vent de la terreur qu’exercent aujourd’hui sur toi des « renaissants » aux abois, ne doit pas t’enlever tes taches de journaliste engagé acquises dans des combats pour la liberté d’information. Tu as dérangé tout un système hideux, qui, prit de panique, était obligé de plonger son nez dans les égouts pour trouver une faille et éteindre ta voix pour des mois durant. Si tu étais un bon joueur de flûte dans la célèbre troupe rose « Albichir de Tchirozerine » tu n’allais jamais connaitre les geôles de la « renaissance » à reculons. Contrairement à certains « con-frères », tu as refusé « tous les mets du chien  en regardant très bien le collier qu'il porte à son cou ». Cette « liberté » que tu n’as pas vendu, ni bradé, a fait d’ailleurs dire en son temps au talentueux confrère burkinabé Nobert Zongo, que « nous sommes libres à partir de notre capacité à nous définir des principes moraux qui guident notre comportement et notre réflexion ; à nous définir en tant qu'être doué de sens et de raison, appartenant à une société, à un pays, à un continent... à l'humanité. » La « renaissance » n’est pas éternelle et la prison ne tue pas l’homme. C’est une évidence.

Bon courage Baba

                                                                       tlcoms

Les structures syndicales de Niger Télécoms ont rendu publique le 07 juillet dernier une déclaration pour dénoncer le projet de «restructuration de Niger Télécoms en deux entités», à savoir «la société de patrimoine» et la «société de service», alors que cette société vient à peine de renaître après une longue traversée de désert.

Les syndicats signataires de ladite déclaration se sont dits «indignés de constater que le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Sani Maïgochi, tient à un «projet funeste» voire «suicidaire», selon eux, qui vise ni plus ni moins la liquidation pure et simple de leur entreprise Niger Télécoms.

tlcoms 1

Les syndicats de Niger Télécoms pensent qu’une «main invisible» est derrière un tel projet que les prédécesseurs du ministre Maïgochi n’ont pas pu mettre en œuvre avant d’exiger de celui «l’arrêt immédiat de cette opération».

Dans le même temps, les syndicalistes du secteur des télécommunications et de la poste ont accusé le ministre Sani Maïgochi de bloquer l’opération de «l’octroi de la licence 4G à Niger télécoms» au moment où plusieurs milliards de francs sont en train d’être investis par le gouvernement nigérien pour le rayonnement de ladite société.

C’est au vu de tout ceci que les syndicats vont jusqu’à s’interroger sur le «patriotisme» de leur ministre de tutelle qui tranche selon eux, d’avec celui dont ont fait montre le Premier Ministre et le Chef de l’Etat en insufflant une nouvelle dynamique au secteur des télécommunications.

ALL COM

Connexion

banner_sharp_06.jpg

VIDEOS RECENTES

Plus de vidéos <

Abonnez vous à la newsletter