dimanche, 23 juillet 2017
French Arabic English

banner.jpg

Delta-Cargo-and-Air-France-banner.png

Interpellé et mis en garde à vue depuis le jeudi 29 juin dernier, le directeur du Journal « Le Courrier », Ali Soumana vient d’être placé sous mandat de dépôt en fin d’après-midi ce lundi 3 juillet 2017, a appris le journal en ligne « nigerdepeches.info », à travers un de ses trois avocats.

L’avocat a confirmé que le directeur du journal « Le Courrier » est poursuivi par le ministère public pour « soustraction frauduleuse d’une pièce… », avant de regretter la décision de sa détention qui, selon lui, viole allégrement l’ordonnance de 2010 portant régime de la liberté de la presse au Niger.

C’est une décision du juge d’instruction a qui le dossier d’Ali Soumana est confié, a expliqué Me Mossi Boubacar, joint au téléphone. Au regard de la loi en vigueur en la matière Ali Soumana ne doit ni livrer sa source ni dire comment a-t-il reçu une copie de ce réquisitoire du procureur.

L’avocat a assimilé cette détention préventive à une « séquestration » car du point de vue de la loi sur la liberté de la presse, elle est illégale, a-t-il martelé.

A l’origine de cette poursuite contre le directeur du journal «Le courrier», la publication en fac simulé dans sa parution du jeudi 29 juin 2017 du réquisitoire introductif du procureur de la république près le tribunal hors classe de Niamey, par lequel ce dernier demandait que des mandats d’arrêts soient décernés contre Marc Wabi, gérant associé du cabinet Deloitte Côte-d’Ivoire, Dany Chaccour, patron d’Africard, Boubacar Dicko, arbitre unique et Souleymane Yakouri dans l’affaire Africard,  pour corruption pour les trois premières personnes et pour complicité pour l’avocat nigérien Me Yankori.

Affaire à suivre !

AGENCE ALL COM

Connexion

banner_sharp_06.jpg

VIDEOS RECENTES

Plus de vidéos <

Abonnez vous à la newsletter