mercredi, 20 septembre 2017
French Arabic English

banner.jpg

Delta-Cargo-and-Air-France-banner.png

lutte contre le djihad

Le Chef de l’Etat nigérien, Issoufou Mahamadou s’est respectivement entretenu ce lundi 31 juillet 2017 Niamey avec la Ministre Allemande de la défense, Mme Ursula Von der Leyen et la Ministre française en charge des Armées, Mme Florence Parly au palais de la présidence.

L’Allemagne et la France piaffent d’impatience de voir en état de marche la force du G5-Sahel comme convenu lors du sommet de Bamako, à l’issue duquel des annonces de financements ont été faites par les deux pays.

La lutte contre « le terrorisme», « la migration irrégulière » et « le crime organisé» au Sahel  étaient donc au centre des visites d’Etat effectuées par les deux dames, ministres en charge de la défense dans leurs pays respectifs.

Les deux ministres ont rappelé la volonté de leurs Etats à appuyer les efforts de l’Etat du Niger et du G5-Sahel, non seulement en matière de «développement économique du pays » mais aussi pour aider le pays d’Issoufou Mahamadou à faire face aux menaces sécuritaires et à la migration irrégulière.

Outre les appuis financiers, les deux pays de l’Europe ont annoncé leur volonté d’accompagner les opérations militaires dans la région du Sahel, à travers des appuis en équipements et en formation des troupes.

Notons que cette tournée des deux ministres européennes de la défense intervient soixante-douze heures après les violents affrontements qui ont opposé les groupes armés d’autodéfense Gatia et le Mouvement pour le salut de l’Azawad proches de Bamako et Niamey, aux ex-rebelles du Mouvement pour la coordination de l’Azawad (MCA).

Les combattants du MCA ont pris le dessus sur les milices pro-gouvernementales et assurent désormais le contrôle effectif de Kidal et Ménaka, une ville pourtant sous influence du MSA.

Les affrontements entre les deux camps rivaux étaient d’une rare violence et viennent remettre en cause l’accord de paix d’Alger signé en mai et juin 2015.

Les combattants de l’ex-rébellion à dominante touareg accusent Bamako et ses alliés d’avoir aggravé une tension déjà vive.

De toute évidence, les violents affrontements de la semaine dernière, soldés par de centaines de morts et blessés, remettent en cause les chances de mise en œuvre du fameux Accord de paix d’Alger, note un proche des ex-rebelles maliens, qui fait remarquer que les choses iront désormais de mal en pire au Sahel.

Depuis le début de l’année en cours, le Niger enregistre régulièrement des cas d’attaques terroristes non loin de la frontière malienne et dont certains sont revendiqués par les groupes djihadistes connectés à Al qaïda.

Il faut dire que de telles situations arrangent l’organisation Al qaïda au magrebh islamique (Aqmi) qui opère dangereusement dans des localités situées le long des frontières nigéro-maliennes.

nigerdepeches.info

Connexion

banner_sharp_06.jpg

VIDEOS RECENTES

Plus de vidéos <

Abonnez vous à la newsletter