29 mars 2017
French Arabic English

FN BAN

COMMENTAIRE POLITIQUE : Le grand jubilé du milliardaire Karidjo Mahamadou

A l’instar des nouveaux riches de son parti, le PNDS-Tarayya, principalement les ministres et Directeurs Généraux des sociétés d’Etat devenus milliardaires grâce aux nombreuses commissions qu’ils continuent de capter sur les marchés publics, le ministre de la défense Karidjo Mahamadou, n’a plus les pieds sur terre.


N’ayant pas réussi son envolée politique à travers une structure mort-née dénommée «Convergences Niamey», la nouvelle trouvaille de Karidjo Mahamadou vient d’être dévoilée ce samedi 05 décembre 2015 au stade municipal de Niamey, où plusieurs militants de son parti ont été rassemblés, pour célébrer le nouveau visage de Niamey la capitale du Niger autour d’un jubilé financé à grands frais. En effet, il est certes vrai que les hommes politiques issus des différentes formations politiques rivalisent tous de stratégies depuis quelques semaines pour battre le rappel de leurs troupes, en vue des élections générales de février prochain. Déblayer le terrain par voie de meeting et autres réunions purement politiques n’est pas en soi une mauvaise chose.
Néanmoins, nul ne peut comprendre le sens de l’activité organisée par un ministre de la défense en exercice, en vue de célébrer le nouveau visage de Niamey, disait-on en grande pompe. Ce travail relève à vrai dire de la compétence du ministre de l’urbanisme ou tout au moins des attributions du maire de la ville de Niamey ou même du collectif des chefs des quartiers.
Il est vrai que les premières dames (en particulier celle dont le nom est associé à cet événement) ont toutes comme mission principale d’inaugurer n’importe quel type de chrysanthème, sans que leurs actes ne puissent avoir un impact sur la vie publique. Mais cela donne du tournis lorsque c’est un ministre en exercice, de surcroit celui de la défense et dans un contexte de guerre, qui se donne la peine d’organiser un spectacle politique en violation de son statut et contre la morale tout simplement. Au-delà de son caractère folklorique et inutile, ce carnaval politique auquel le ministre de la défense, le sieur Karidjo Mahamadou et la seconde épouse du Président de la République, Docteur Lala Malika, se sont donnés à cœur joie, ne manquera pas d’heurter la sensibilité de la grande famille des forces armées nigériennes qui voient subitement leur ministre se transformer en fêtard public à un moment où des soldats nigériens et des innocents tombent sous les balles des groupes terroristes.
Ne perdons pas de vue que cette manifestation, dont l’organisation a été largement financée par Karidjo (ou par son parti le PNDS-Tarayya) intervient dans un contexte sécuritaire inquiétant en raison des réelles menaces d’attentats armés de la secte Boko Haram qui planent sur la ville de Niamey depuis quelques semaines. C’est d’ailleurs en raison de ces craintes que la tenue du festival de la mode africaine FIMA a été annulée récemment. C’est aussi un des arguments qui est permanemment mis en avant par les pouvoirs publics pour interdire certains rassemblements publics dans la ville de Niamey.
En pareilles circonstances, le ministre de la défense qu’il est, soucieux du devenir des forces armées qui se battent contre les menaces de la secte Boko Haram et des populations qui en sont exposées, est sensé avoir l’esprit vers la région de Diffa, où nos vaillants soldats perdent la vie régulièrement du fait des attaques terroristes et non pas focaliser son attention sur une fête politique.
Comment pouvait-il en être autrement quand on sait que lui et certains de ses collègues membres du gouvernement, accordent plus d’importance, en cette veille de campagne électorale, aux activités purement partisanes qu’aux préoccupations de leurs départements ministériels. Le moins que Karidjo aurait pu faire pour ménager les susceptibilités des familles endeuillées suite aux nombreuses attaques de Boko Haram, c’est d’user de tout son poids du puissant ministre de la défense qu’il est à ce jour, afin de permettre aux familles des soldats tombés sur les champs d’honneur de bénéficier de plus d’attention auprès des plus hauts dirigeants. Certains sont morts pour la cause de la patrie et ont laissé derrière eux des veuves et des orphelins qui pourraient se retrouver sans abris, alors même que des appartements récemment construits sont sensés être attribués à ces familles des soldats tués.
Avant de s’engager pleinement dans ses activités de propagande politique le ministre de la défense Karidjo devrait se rassurer si tous les soldats nigériens qui se battent pour défendre l’intégrité du territoire et les populations nigériennes ont réellement un moral de fer face à l’ennemi et avoir bon cœur vis-à-vis des familles endeuillées.
Nous estimons qu’en sa qualité de ministre de la défense, en attendant qu’il soit déchargé de ses nobles fonctions, afin de vaquer à ses activités politiques, il doit faire en sorte que ces vaillants soldats et leurs familles soient mis d’abord dans leurs droits légaux. C’est seulement après avoir réussi ce pari qu’il pourra se pavaner dans les rues de Niamey avec le sentiment d’avoir accompli sa mission et célébrer par la suite aux côtés de la première dame le nouveau visage de la ville de Niamey. Malheureusement en se comportant de la sorte, alors que les familles des soldats tués aux fronts ont toujours les larmes aux yeux, le ministre de la défense Karidjo Mahamadou et ses semblables administrent une fois de plus la preuve de la banalisation de la gestion du spectre d’insécurité qui plane sur le pays tout entier.


S. LAMINE (Publié dans le journal "La Gazette")