Niger : La controverse sur l’audit du fichier électoral rend exécrable le climat politique
29 mars 2017
French Arabic English

FN BAN

Niger : La controverse sur l’audit du fichier électoral rend exécrable le climat politique

Les partis membres de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN) ont réagi dimanche 20 décembre 2015 à l’accusation de l’opposition portée contre le chef de l’Etat Issoufou Mahamadou de créer les conditions d’une élection truquée en vue de sa réélection en février 2016 dès le premier tour.


Le FPR, rassemblement des partis de l’opposition, a demandé et obtenu il y a quelques jours le principe de l’audit du fichier électoral fortement contesté dans ses rangs depuis plusieurs mois.


Contre toute attente, au moment où cet audit mené par des experts nationaux prenait fin, l’opposition va décider de se retirer du comité chargé d’auditer ledit fichier, laissant comprendre que seul un audit international du fichier peut la rassurer et mettre fin à la polémique.


Selon un premier chronogramme des élections générales de 2016, arrêté de manière consensuelle par les structures chargées d’organiser ces scrutins, le fichier électoral devrait être remis à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) au plus tard samedi 21 décembre.


Or si l’on en croit l’argumentaire de la majorité au pouvoir, l’audit du fichier par un cabinet indépendant international prendrait au minimum un mois. Ce qui suppose une modification de chronogramme des élections, avec le risque de sortir des délais constitutionnels légaux.


Dans sa sortie médiatique de ce dimanche, la mouvance au pouvoir accuse l’opposition politique de faire feu de tout bois pour ne pas aller aux élections en cherchant tous les moyens «pour entraver le processus électoral dans le seul but mesquin de créer un vide constitutionnel».


Mardi dernier, le gouvernement a pris en conseil des ministres un décret portant convocation du collège électoral, coupant ainsi à l’opposition l’herbe sous les pieds. La campagne pour les élections présidentielles et législatives sera lancée ainsi lancée le 30 janvier prochain, dans presque une quarantaine de jours.


La MRN a dans sa déclaration condamné la tentative déjouée de coup d’état contre le régime et demandé l’ouverture d’une enquête pour identifier et châtier les auteurs.