29 mars 2017
French Arabic English

FN BAN

DETOURNEMENT DES BIENS PUBLICS : Grand bruit autour de la gestion des 13 Milliards à la Sonitel

Dans quelques mois, les deux sociétés de téléphonie d’Etat, Sonitel et Sahelcom, seront dissoutes pour en faire une seule. En attendant, l’heure au débat sur les scandales financiers autour des investissements des 13 milliards de francs CFA gérés par l’actuel ministre des télécoms Abdou Mani, assurant à l’époque les fonctions d’administrateur délégué de la Sonitel.


Parmi ces scandales, on parle d’une opération illégale d’achat de câbles multi pair d’une valeur de 4 Milliards de francs CFA,  en lieu et place de l’achat programmé, des pièces de rechange pour les équipements de transmission que l’ex administrateur délégué a imposé, en violation du contrat préalablement conclu entre la Sonitel et son fournisseur EL SEWEDY ELECTRIC, une société égyptienne. Celui-ci s’était rendu en personne en Egypte où, il a supprimé de manière unilatérale la rubrique prévue pour l’achat des pièces de rechange en question. Les 4 milliards ont été prélevés sur une ligne de crédit de 13 milliards approuvée par le Gouvernement au titre d’investissements au niveau de la Sonitel.


Ces câbles, dont une bonne partie se trouve actuellement stockée à Gaya et une autre à Niamey jetée dans les locaux de la Sonitel, ne seront d’aucune utilité même dans les vingt  années à venir en raison de l’évolution de la technologie dans le domaine des télécoms, déplorent les techniciens de cette société. Ce qui constitue une perte sèche pour la Sonitel et à l’Etat. Selon nos sources, le prix réel du tonnage de ces câbles ne dépasse guère la somme d’un milliard à l’époque où le ministre les a achetés auprès d’El Sewedy.


Outre ce scandale, face auquel le Gouvernement de Birgi Rafini et le Chef de l’Etat Issoufou Mahamadou ont fermé les yeux, on parle aussi d’une évasion fiscale d’une somme d’argent qui avoisine les 900 Millions de francs CFA, représentant les frais d’enregistrement de l’ensemble des marchés (1,6%) sur le montant des 13 milliards de francs pour la fourniture des équipements de la fibre optique d’une part et l’achat des pièces de rechange d’autre part, auquel l’ancien administrateur délégué avait renoncé pour investir l’argent dans l’acquisition de câbles multi pair. Selon une source digne de foi, l’ancien administrateur délégué avait demandé à El Sewedy de ne pas verser à l’Etat cette somme d’environ 900 millions de francs CFA, pour des raisons non élucidées.


Face à cette situation qui s’apparente à une évasion fiscale, le receveur des impôts s’était vu dans l’obligation de délivrer un « avis à tiers détenteurs » daté de 09 juillet 2015, (lire le fac simulé ci-contre), à travers lequel il mettait en demeure le Directeur Général de la Sonitel à procéder au règlement d’une somme d’environ 900 Millions (impôts et pénalités) de francs CFA  à la charge d’une société dénommée EL SEWEDY. Tels sont les deux gros scandales financiers, parmi tant d’autres, que le Gouvernement de Birgi rafini veut laisser impunis dans le seul but de protéger les intérêts politiques de l’ancien administrateur délégué, le sieur Abdou Mani, aujourd’hui ministre des télécoms.


C’est dans ce contexte, qu’on apprend aussi que ce dernier a été désigné par son parti le PNDS-Tarraya comme candidat aux futures élections législatives. Une telle aubaine vise ni plus ni moins à lui donner la chance de bénéficier d’une immunité parlementaire et de ne pas être inquiété à l’avenir vis-à-vis de la justice, à l’image de plusieurs Directeurs Généraux de société, ministres, opérateurs économiques et autres délinquants du régime que la justice ne peut pas appréhender du fait de leur statut de militants du principal parti au pouvoir, le PNDS-Tarraya.


Où en sommes-nous alors avec la promesse du Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou de lutter contre les pillages des ressources publiques ? Il est à rappeler que beaucoup de ses compatriotes avaient compté sur lui pour ramener de l’ordre dans la gestion des fonds publiques. Mais quelques mois, après son élection en 2011, ont suffi pour déchanter et comprendre qu’Issoufou ne peut pas tenir une telle promesse. Du coup, les anciens délinquants financiers ont repris du service de plus bel, et d’autres voleurs de l’Etat ont fait leur apparition au sein de son parti le PNDS-T