police nationale

Pas de rentrée scolaire pour les candidats admis aux concours directs de recrutement, au titre de l’année 2017, des élèves Gardiens de paix de la Police nationale et d’élèves Gardes nationaux du Niger.

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses l’a fait savoir dans un communiqué diffusé sur les ondes de la radio d’Etat et dans les colonnes du quotidien gouvernemental « Le Sahel »  de ce lundi 4 décembre 2017.

Toutefois, le Ministre d’Etat, Bazoum Mohamed a tenu à rassurer les candidats admis audits concours que «leur admission reste valable pour la rentrée 2019».  Un fait inédit depuis l’institution il y a près d’une décennie de la loi de programmation portant recrutement des élèves gardiens de la paix et ceux de la garde nationale du Niger.

Report Recrutement politique et garde

Aucune raison officielle n’a été avancée pour expliquer cette situation. Cependant une source contactée par Niger Dépêches, pense que c’est le recrutement de près de 3000 agents entre 2015 et 2016 des agents issus de ces deux corps, au lieu de 1000 par an comme prévue par la loi de programmation, qui pourrait expliquer ce report jusqu’en 2019 des rentrées scolaires.

La même source soutient que cette décision n’a rien à voir avec  la tension de trésorerie que vit le pays depuis quelques temps, particulièrement en 2017 où l’Etat s’est permis de geler certaines dépenses.

Dans le cadre de cette recherche de stabilité financière, le régime a annoncé qu’il ne fera pas de recrutements d’agents à la fonction publique au titre de l’année 2018.

Des prévisions budgétaires de l’ordre de 74,5 milliards de francs CFA sont faites au titre de l’année 2018 pour le compte du ministère en charge de la sécurité, rien que sur les volets amélioration de la gestion des affaires intérieures et l’offre de la sécurité publique.